Eric NSENGIMANA appelle les jeunes filles et femmes Burundaise à adopter un comportement responsable pendant la période électorale et au-delà pour contribuer à la construction positive et démocratique du pays.

L’Association pour une Jeunesse Africaine Progressiste, AJAP en sigle a organisé un atelier de trois jours depuis ce 10 au 12 mars 2020 à Bujumbura sur « l’implication des jeunes filles et femmes dans la vie politique au Burundi.» Divers thèmes comme l’introduction aux droits de l’Homme ; droits et libertés dans le contexte électoral ; concept de l’égalité des genres et la culture burundaise ; garantie internationale des droits de la femme ; impact des filles et femmes sur le processus démocratique au Burundi ; la Communication en public ; le leadership responsable féminin ; le rôle des institutions et structures de promotion du genre au Burundi  vont être abordés tout au long de cette formation. Plus d’une quarantaine des jeunes filles et femmes représentantes des partis politiques, de la société civile et les observateurs provinciaux des élections de 2020 au Burundi étaient présents.

Dans son discours d’ouverture, le Président et Représentant International de l’AJAP a fait savoir que l’atelier a été organisé dans le but de renforcer les capacités des jeunes filles et des femmes de différentes couches sociales et politiques ; promouvoir le leadership féminin ; Sensibiliser tous les acteurs clés sur la question de l’égalité ; identifier les opportunités de participation féminine aux élections de 2020 au Burundi, soutenir et encourager des jeunes filles et des femmes à la jouissance de leurs droits politiques.

Eric NSENGIMANA a indiqué que d’après le recensement de 2008 et la politique nationale genre, les femmes représentent plus 50% de la population burundaise et qu’il est plus qu’urgent d’agir pour que cette catégorie de la population soit une solution, un atout pour une bonne gouvernance et le développement durable au Burundi. Pour aboutir à la réalisation de cet objectif, on doit  passer par l’éradication des stéréotypes et des préjuges à l’encontre des femmes, en particulier dans la sphère politique où la représentativité des femmes reste faible en dépit des mesures de quotas constitutionnels et de discrimination positive. Il est donc urgent de poursuivre les efforts afin de briser toutes les barrières de diverses sortes : culturelles, politiques, sociétales, historiques, économiques, etc lesquelles handicapent l’émergence des jeunes filles et femmes en politique.

Qui plus est ,il a indiqué que le plan d’action 2020 de l’AJAP visant la contribution à la promotion de la bonne gouvernance s’engage à forger un environnement politique inclusive, à inspirer des jeunes filles et des femmes à jouir pleinement de leurs droits politiques dont le droit d‘élire et de se faire élire et de participer massivement et activement à la politique et à la démocratie. « Pour l’AJAP, l’implication des jeunes filles et des femmes dans la politique au Burundi est la plus-value dans la société burundaise et pour la construction positive du pays. La promotion de la participation de la femme dans les instances de décision est une prérogative des partis politiques eux-mêmes, encadrée par la loi. »A-t-il martelé

Peu avant de terminer ses propos, il a invité  les jeunes filles et femmes représentantes des partis politiques et de la société civile, lors de leur retour dans les provinces d’origine, à sensibiliser les femmes du village pour adhérer dans les partis politiques et mais aussi les inciter à participer dans les organes de représentation de leur partis politiques respectifs. Il a saisi aussi un appel vibrant aux jeunes filles et femmes à adopter un comportement responsable pendant la période électorale et au-delà pour contribuer à la construction positive et démocratique du pays.

En concluant, Eric NSENGIMANA a exprimé ses sentiments de gratitude à l’endroit du Gouvernement du Burundi pour sa franche collaboration dans toutes les activités de l’AJAP, pour son appui indéfectible qu’il n’a pas cessé de témoigner envers l’organisation. Il a ainsi invité les participants à bien suivre la formation qui leurs rendra plus compétentes et les guidera à s’impliquer de façon stratégique dans la politique au Burundi.

Après le discours du Président et Représentant International de l’AJAP, est venu le moment des exposés par Mr Bamazi Kossi Tchaa et Jean-Claude NTIZOYIMANA. Le premier a exposé sur l’introduction aux droits de l’Homme et Droits et libertés dans le contexte électoral et le deuxième a présenté sur le Concept de l’égalité des genres et la culture Burundaise. D’une manière générale, tous les exposés de cette première journée interpellaient les jeunes filles et femmes  à jouir pleinement de leurs droits politiques. Des questions ont été posées et des réponses satisfaisantes ont été données.

 

Les activités de la journée ont été clôturées dans un climat serein par la prise d’une photo de famille.

HABONIAMANA Jean Claude

3 thoughts on “Eric NSENGIMANA appelle les jeunes filles et femmes Burundaise à adopter un comportement responsable pendant la période électorale et au-delà pour contribuer à la construction positive et démocratique du pays.”

  1. Vraiment c’ est’ à encourager , faites effort et il faut aussi impliquer ces femmes paysanes, ne focalisez pas toujours aux femmes de la villes , celles de la compagne , la masse paysane a vivement besoin Des enseignement pareils

    1. Oui,femmes et filles nous sommes capables,surmontées les syterotypes et les travaux ménagers qui nous empêchent à participer activement dans la vie politique du pays

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.