FORUM NATIONAL DE LA JEUNESSE

L’union Africaine annonce qu’il est prêt a soutenir l’AJAPAfricaine dans les différents projets de la dit association. Cela a été dit dans une rencontre de ce jeudi 13 Février 2014 au bureau de l’U.A à Bujumbura. Le président de l’AJAPAfricaine Eric Nsengimana, était présent dans cette audience accordée par certains hauts cadres de l’union Africaine au Burundi.

FORUM NATIONAL DE LA JEUNESSE

Les organisations AJAP, YOWLI BURUNDI en collaboration avec leurs associations partenaires œuvrant au Burundi sous l’appui de l’union africaine ont tenu un forum national de la jeunesse sur la ratification de la charte africaine de la jeunesse ainsi que le comportement à adopter pendant la période pré pendant et postélectorale en date du 23 janvier de l’an 2015 a Gitega aux anceitres de HELENA HOTEL.
Dans ledit forum, les participants étaient les jeunes qui représentaient toutes les communes du Burundi, les conseillers socio-culturels des gouverneurs ainsi que d’autres invités de marque tels que le directeur général de la jeunesse, madame Traoré qui avait représenté l’union africaine, Signalons que ces jeunes participants avaient représentés les partis politiques, la société civile, les confessions religieuses, l’ethnie sans toutefois oublier les albinos.
Le forum a été débuté par le mot de bienveillance du représentant du gouverneur de la province Gitega et par après la distribution des livres contenant la charte africaine de la jeunesse (CAJ) et l’introduction du modérateur où il a indiqué que les jeunes sont la force pour la paix, la tolérance et la non-violence. Il a ajouté que la jeunesse burundaise doit contribuer pour des élections de 2015 inclusives, libres, apaisées, indépendante et transparente et qu’il est temps d’agir pour la ratification de la charte africaine de la jeunesse laquelle S.E le président de la république avait signé en 2006 à Banjul.
Après cette courte introduction, CLAUDE NDIZEYE philosophe de formation au sein de la justice et paix catholique inter universitaire dans son exposée a insisté sur les valeurs et principes fondamentaux pour la cohésion sociale et sur l’implication et l’instrumentalisation des jeunes au Burundi (une constante depuis la lutte pour l’indépendance). En ce qui concerne les principes, il a cité entre autres : La dignité de la personne humaine, le bien commun, la subsidiarité et la solidarité. « nous sommes responsables de tous et tous sont responsables de tous« .
Concernant les valeurs, il s’agit de la vérité (vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libre), la justice, la liberté et l’amour.
Pour ce qui est des comportements à adopter et a éviter pendant ces échéances électorales, le conférencier a signalé que la coopération, la Torelence, la non-violence, la gestion pacifique des conflits, la vérité, l’esprit critique,… sont des comportements à adopter alors que le boycottage des élections, la tricherie électorale et le favoritisme,… sont à éviter
Avant de clôturer son exposée, il a rappelé aux jeunes participants que la manipulation est l’un des ingrédients qui perturbe leur développement et qu’il faut donner ce qu’on a et ce qu’on est.
Après une petite pause, Désire HABONIMANA, représentant de YOWLI BURUNDI a effectué une exposée sur la charte africaine de la jeunesse. Ce dernier a expliqué en peu de mots aux participants que la CAJ est un document signé en 2006 a Banjul par le Burundi, qui régit la jeunesse au niveau de l’Afrique, qui est juridique et contraint aux états membres de s’y conformer et qui a été ratifié par 35 pays parmi les 52 qui l’ont signé. Le Burundi est le seul pays qui n’a pas encore ratifier la CAJ au niveau de la communauté est africaine a ajouté désiré HABONIMANA.
Dans son exposée, il a signalé que ladite charte a une seule vision d’une Afrique intégré : le dynamisme, l’autonomie, les droits, les devoirs et les libertés de la jeunesse, etc. Conformément au même CAJ, Il a définit la jeunesse comme étant toute personne ayant l’âge compris entre 15 à 35ans. Il a terminé son exposée en invitant tous les participants de relire ce document afin de pouvoir s’informer et informer les autres jeunes qu’ils avaient représentés le contenu de la charte africaine de la jeunesse.
Après cette exposée, le directeur général de la jeunesse a répondu à la question qui lui avait été posée (pourquoi notre le Burundi n’a pas encore ratifier la CAJ depuis sa signature en 2006). Concernant cette question, le DG a répondu que ladite charte est en train d’être utilisé malgré qu’elle ne soit pas encore ratifier et a ajouté que l’article 9 de la CAJ en ses alinéas 1,2 et 3 a été l’obstacle de la ratification dudit document. Signalons que cet article porte sur l’héritage pour les femmes.
Le Burundi a le pas déjà franchit en ce qui concerne la ratification de la charte africaine de la jeunesse puis qu’il y a d’autres pays comme le Botswana, hélitré, Somalie qui n’a pas encore signé la CAJ.
Par après, les participants ont été subdivisés en trois groupes pour répondre aux questions suivantes :
1. Vous basant sur l’histoire du Burundi,
a) quelles sont les principales sources des conflits et de violence chez les jeunes avant, pendant et après les élections
b) Comment les jeunes peuvent-ils éviter ces conflits
2. Quels sont les messages clés à apporter aux jeunes pendant les caravanes de paix
3. Quel plaidoyer faut-il faire en faveur de la ratification (les avantages)
Avant de clore, Désiré HABONIMANA, représentant de YOWLI BURUNDI a incité tous les conseillers socio-culturels et les jeunes présent d’aller informer la population en générale et la jeunesse en particulier les caravanes de paix qui vont suivre le forum et leur a donné le programme desdits caravanes suivant leur province respectives.
Le forum a été clôturé par les travaux des groupes où chaque groupe exposait ses résultats ainsi que quelques suggestions et recommandations

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *