Eric NSENGIMANA salut les initiatives du Gouvernement du Burundi dans la promotion des droits des femmes pour leur autonomisation

L’Association pour une Jeunesse Africaine Progressiste, AJAP en sigle vient d’organiser du 11 au 13 octobre 2021 en Mairie de Bujumbura un atelier de renforcement des capacités des réseaux provinciaux des femmes et filles défenseurs des droits de l’homme sur les mécanismes de prévention des conflits, la lutte contre la corruption et la résilience communautaire, y compris dans le contexte du Covid-19. Plus de 50 femmes et filles en provenance de toutes les provinces du Burundi ont pris part à cette cession de formation.

Au cours de cet atelier appuyé financièrement et techniquement par le Bureau du Coordinateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi, six thématiques ont été développés et portaient sur les Mécanismes de résolution pacifique des conflits ; la Non-violence active et la Communication non-violente; la Corruption et droits de l’homme ; les Droits de l’homme dans un contexte de COVID-19 ; et enfin  la Résilience communautaire dans un contexte de COVID-19.

L’objectif général de cette activité était de redynamiser, accompagner et renforcer les capacités des réseaux provinciaux des filles et des femmes défenseures des droits de l’homme tandis que les objectifs spécifiques visent à améliorer les connaissances de 50 femmes et filles défenseures des droits de l’homme membres des réseaux provinciaux sur les mécanismes de résolution pacifique des conflits, de lutte contre la corruption et sont résilientes face au COVID-19​ ; et le renforcer les capacités des participants sur les stratégies de défense des droits humains et de résolution des conflits.

Lors des cérémonies d’ouverture, deux discours ont été prononcé par le Délégué du Maire de la ville de Bujumbura et celui de circonstance fait par le       Président et Représentant International de l’AJAP.

Dans son mot d’accueil, le Délégué du Maire de la ville de Bujumbura a remercié l’AJAP pour ses initiatives allant dans le sens de la promotion des droits de l’homme et particulièrement les droits et libertés fondamentaux à l’égard des femmes, fondement de tout développement. Selon lui, l’implication de l’AJAP dans des travaux d’intérêt public dénote clairement son souci d’accompagner les initiatives du Gouvernement du Burundi pour arriver à un développement durable et inclusif du pays. Il a ajouté que le chemin vers la résolution pacifique des conflits, la lutte contre la corruption et la résilience communautaire, surtout en cette période de Corona virus, doit être emprunté par  tous, de manière générale, et,  les femmes et filles en particulier, puisqu’elles sont, malheureusement, le plus souvent, victimes des situations conflictuelles et de corruption. Le Délégué du Maire de la ville de Bujumbura a félicité le Gouvernement pour l’étape déjà franchie en matière de l’implication des femmes et filles dans des sphères décisionnelles, l’élaboration des politiques en leur faveur.

Le discours de circonstance a été prononcé par Eric NSENGIMANA, Président et Représentant International de l’AJAP. Il a indiqué que l’atelier s’inscrit dans la série des autres ateliers que l’AJAP a organisés à l’endroit des femmes et filles dans le cadre de la promotion des droits des femmes. Il a donné comme exemple l’atelier déroulé du  29 au 31 Octobre 2020 à l’endroit des femmes et filles et qui portait sur l’entrepreneuriat et la gestion des actions génératrices des revenus. Les réseaux provinciaux qui font objet de renforcement des capacités du 11 au 13 octobre 2021 cadre bien dans la poursuite de cette bonne pratique.

Eric NSENGIMANA a vivement remercié  le Bureau du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi pour l’appui technique et financier. Il félicité également le Gouvernement du Burundi pour de multiples initiatives allant dans le sens de promouvoir le développement des femmes et filles à travers leur implication dans des politiques nationales en général, la mise en place des Banques en leur premier faveur et bien d’autres,  sans oublier leur représentativité dans des organes décisionnels remarquablement visible aujourd’hui.  Le Président et Représentant International de l’AJAP remercie en plus le Gouvernement du Burundi pour les efforts dans la lutte contre les Violences Basées sur le Genre BG en vue de leur permettre à participer activement dans les processus de décision nationaux et locaux, ce qui fait des progrès remarquables. Des différentes stratégies pour augmenter le nombre de programmes sensibles au genre ont été instaurés et a fait progresser le nombre de femmes faisant partie de ses forces de sécurité et de défense. Une plateforme pour les femmes permet aussi aux femmes de partager les bonnes pratiques en vue d’améliorer leurs qualifications et leur situation économique est sur place.

En poursuivant son mot d’ouverture,Eric NSENGIMANA a indiqué que le rôle des femmes et filles dans le renforcement de la paix et la sécurité ainsi que dans le développement du pays en général, est incontournable.  En effet, leurs efforts ont toujours été déterminants dans la construction, le rétablissement du tissu social, la lutte contre la corruption, la consolidation de la paix et de la cohésion sociale,  ainsi que dans la promotion et la protection des droits humains.

Eric NSENGIMANA a invité les femmes au développement d’un esprit de critique, d’innovation et de créativité pour que à la fin ils aient des bagages suffisant sur les mécanismes de résolution pacifique des conflits, de lutte contre la corruption ainsi que celle de nouvelles stratégies de défense des droits humains et la capacité de résilience face à la pandémie de COVID-19.

Durant toutes ces trois journées de l’atelier, des échanges fructueux ont été menés dans le cadre de la promotion des droits de la femme pour leur autonomisation en vue du renforcement aussi de la bonne gouvernance.  Les méthodologies participatives, actives ont été privilégiées. Pour une bonne compréhension du sujet, des images de différentes sortes, des exercices pratiques ont constitué des outils didactiques par les présentateurs.Il a été également noté que la Covid-19 a affecté certaines droits de l’homme et plus particulièrement les droits des femmes et filles. Il tient également à signaler certaines barrières inhibant les femmes à promouvoir leur autonomisation. Les participants ont été appelés au changement de mentalités et à développer un esprit entrepreneurial, innovant pour s’auto développer.

Dans  le contexte du Covid-19, différents droits de la femme ont été affectés, occasionnant ainsi un handicap pour leur autonomisation. Toutefois, les participants ont été appelés à changer de mentalités et s’adapter aux réalités du moment surtout le développement des TIC pour y tirer profits pour certaines opportunités.

En vue de renforcer la bonne gouvernance, il a été constaté que la corruption constitue un grand obstacle sur les droits de l’homme. Elle a des conséquences néfastes et pour les corrupteurs, les corrompus, sans oublier aussi les victimes. C’est ce constant qui a poussé les participants à reformuler l’adage « Igiturire  cica benshi kigakiza bake » pour devenir « Igiturire cica benshi kidasize inyuma abaja baco ».

Les participants ont été invités à être toujours animés d’un esprit de créativité, esprit d’équipe pour s’auto développer. Au cours de cette présentation sur l’entrepreneuriat des femmes, il a été salué les efforts du Gouvernement du Burundi en mettant en place certaines structures comme le PAEEJ, OBEM, ANACOOP, API et bien d’autres.

Toujours dans le contexte du covid-19, certains droits ont été affectés notamment les droits à la vie, la santé, le droit à l’information et bien d’autres. Les participants dans l’atelier se sont engagés à faire des initiatives allant dans le sens de développer l’esprit de créativité.

Parmi les recommandations, les participants ont demandé de multiplier les séances d’échange sur l’entrepreneuriat des femmes et filles avec la participation aussi des hommes.

3 thoughts on “Eric NSENGIMANA salut les initiatives du Gouvernement du Burundi dans la promotion des droits des femmes pour leur autonomisation”

  1. Merci pour ce dévouement de l’AJAP dans le renforcement de capacité pour l’autobomisation de la femme

  2. J’encourage les leaders Burundais et le représentant international de l’AJAP pour les initiatives auprès de la population burundaise
    AJAP-CHALOM

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.