Éric NSENGIMANA exhorte les journalistes à vivre toujours de la neutralité en diffusant des informations redorant l’image du pays et en s’écartant de toute chose de nature à semer la haine et la zizanie dans la population.

Lors des cérémonies d’ouverture de l’atelier de formation d’une durée de trois jours  allants de ce 06 au 08 octobre 2020 à l’endroit des journalistes sur la promotion et la protection des droits de l’Homme, tenu à Royal Palace Hôtel en Mairie de Bujumbura, Eric NSENGIMANA, Président et Représentant International de l’AJAP a exhorté les journalistes à vivre toujours de la neutralité en diffusant des informations redorant l’image du pays et en s’écartant de toute chose de nature à semer la haine et la zizanie dans la population.

Le dit atelier a été organisé dans le but d’échanger sur le rôle des journalistes dans la protection des droits de l’homme, et renforcer leur capacités en matière du lien existant entre leur métier journalistique et les droits de l’homme. Il permettra aussi  aux journalistes d’avoir des capacités et stratégies de travailler dans la légalité de contribuer dans la protection des droits humains en tant que défenseurs et consolidateurs des droits de l’homme . Toute au long de cet atelier plusieurs thématiques entre autres les principes et instruments internationaux et nationaux existants sur la protection des droits de l’homme ; l’Etat de droit, droits et devoirs de l’homme ; l’Ethique du journalisme et protection des droits de l’homme ; le monitoring et rapportage des cas de violations des droits de l’homme ; la stratégie de collaboration avec les autorités et le travail en synergie (réseautage) ; les techniques de plaidoyer et lobbying en faveur de la promotion et protection des droits de l’homme vont être abordés. Les journalistes des différents médias répartis sur tout le territoire national ont répondu présents aux travaux de l’atelier.

Dans son discours d’ouverture des activités, Éric NSENGIMANA a indiqué que  l’atelier vient à un moment opportun après la mise en place de nouvelles Institutions Burundaise par des élections démocratiques organisées sur les propres fonds du Burundi et il a vivement salué le travail louable des journalistes lors desdites élections. Il a souligné qu’il s’agit d’un atelier d’échanges d’idées et non d’un enseignement en vue de renforcement des capacités des journalistes et professionnels de médias sur la promotion et protection des droits de l’homme dans leur métiers.

Qui plus est, Éric NSENGIMANA a déclaré que la promotion et la protection des droits de l’Homme est un long processus nécessitant la conjugaison des efforts soutenus de plusieurs acteurs les journalistes inclus. « L’AJAP réaffirme que le rôle  des journalistes est indispensable dans le développement du pays en général et la promotion des droits de l’Homme en particulier. Vous êtes des intermédiaires entre le Gouvernement et les citoyens dans le cadre de la propagation des programmes de développement jusqu’à la base. Vous êtes des catalyseurs soit positifs ou négatifs », a-t-il dit.

Son souhait est que les Journalistes continueraient à rendre au public des informations sûres apaisant les esprits des Burundais et rentrant dans la ligne des objectifs de développement du Gouvernement pour éveiller les esprits de la population à s’atteler aux travaux de développement, car, a-t-il ajouté, le plus-value d’une information est qu’elle puisse renforcer la cohésion sociale et l’unité. Il les  a exhortés à vivre toujours de la neutralité en diffusant des informations redorant l’image du pays et en s’écartant de toute chose de nature à semer la haine et la zizanie dans la population.

En concluant ses propos, Éric NSENGIMANA a lancé un appel à toute la jeunesse à toujours respecter les conseils des autorités administratives, vivre dans l’harmonie malgré leur diversité. Il a aussi remercié le Gouvernement du Burundi et la Mairie pour Bujumbura pour les dispositions entreprises pour que les activités se déroulent dans le calme total. Eric NSENGIMANA n’a pas manqué à remercier le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale, qui, via le PNUD a financé l’atelier. Il a enfin appelé les participants à bien suivre les discussions de l’atelier et adopter des attitudes nouvelles au regard des droits de l’homme dans la vie de tous les jours.

Dans son mot, le secrétaire permanent et délégué du Ministère de la Communication, des Technologies de l’Information et des Médias a félicité l’AJAP pour ses initiatives de contribuer au développement du pays et la promotion des droits de l’homme. Il a fait savoir que la notion des droits de l’Homme est très vaste et appelle l’intervention de tous les acteurs de différents secteurs de la vie nationale. En plus, le concept des droits de l’homme vont de pair avec les notions de paix et de sécurité, car la préservation de ces dernières est conditionnée par la garantie et la protection des droits de l’homme tout comme le respect des droits de l’homme est mieux assuré dans un Etat de paix et de sécurité.

Le Secrétaire Permanent a déploré le comportement de certains médias surtout étrangers qui ne cessent de semer de propager de fausses informations semant la panique dans la population contrairement à la réalité sur terrain. Il interpelle ces médias à se ressaisir car ils n’ont pas de place dans le Burundi d’aujourd’hui.

Il a conclu son discours en exhortant les participants de s’approprier, s’imprégner de l’esprit de l’atelier, et surtout à formuler des recommandations réalistes, en vue de redorer l’image du journalisme.

Apres les discours, est venu le moment des  exposés. 2 modules ont été abordés tout au long de cette première journée de l’atelier ; à savoir Principes et instruments de protection des droits de l’homme présenté par Maitre CIZA Donatien et l’Etat de droit, droits et devoirs de l’Homme par Mr NIMBONA Prosper. D’une manière générale, les modules portaient sur mécanismes de promotion et de protection des droits de l’homme Des questions ont été soulevées et des réponses satisfaisantes ont été données.

 

Avant que les activités de cette première journée ne soient bouclées par la prière et l’hymne de l’AJAP, la restitution de ce qui a été faite le long de la journée a eu lieu.

Jean Claude HABONIMANA

Chargé de la Communication

One thought on “Éric NSENGIMANA exhorte les journalistes à vivre toujours de la neutralité en diffusant des informations redorant l’image du pays et en s’écartant de toute chose de nature à semer la haine et la zizanie dans la population.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.