Dans le domaine de développement, l’ A.J.A.P va :

  • Pratiquer l’agriculture et l’élevage.
  • Protéger l’environnement. Ici l’ A.J.A.P va créer des pépinières des arbres fruitiers ou non qui seront soit vendus, soit plantés dans les lieux qui seront précisés par le Comité Exécutif..
  • Enseigner aux jeunes de divers métiers de développement comme la menuiserie, l’auto-école, la mécanique automobile, la soudure et la couture.
  • Favoriser l’auto emploie pour la jeunesse.
  • Lutte contre la faim et les inégalités en Afrique : Quelle contribution de la jeunesse ?

    On y trouve des approches définitionnelles de « faim » qui est un besoin naturel, une sous alimentation, le besoin de manger. L’inégalité étant un manque d’équité de répartition des vivres.

    Les causes liées à la faim et aux inégalités en Afrique?

    -La faim relève de plusieurs causes qui sont entre autres :le changement climatique ;le chômage ;faible scolarisation; insuffisance de qualification et d’encadrement en matière d’agriculture, élevage et pêche (autosuffisance alimentaire) ;la démographie ; manque d’esprit entrepreneurial; le sous développement ;la non prise en compte de certains Etats de l’agriculture comme priorité principale; insuffisance d’appui financier; instabilité politique etc.… les inégalités en Afrique sont multiformes: l’inégalité de sexe ;l’inégalité politique ;l’inégalité religieuse et culturelle ;l’inégalité économique…

    Les conséquences liées à la faim et aux inégalités en Afrique sont : l’immigration clandestine vers les pays développés; l’exode rural ; dégradation de l’environnement; la famine ;le banditisme et même le terrorisme etc.:

    Les solutions : pour éradiquer la faim en Afrique, la jeunesse a une grande responsabilité à prendre. En effet, elle doit : rendre conscience; faire un plaidoyer adressé à nos dirigeants visant l’encadrement des producteurs agropastoral, et enfin le vote d’un budget pour la jeunesse dont elle doit faire partie intégrante du comité de suivi ; l’accompagnement des jeunes entrepreneurs et les producteurs agricoles par les institutions financières et aussi créer une banque agricole spécifique ;initier la pratique de la biotechnologie ;promouvoir un climat de paix ;encourager la recherche scientifique des jeunes africains par la valorisation des résultats de leurs recherches ;promouvoir l’entrepreunariat et la protection de l’environnement ; la mise en place d’une politique en matière d’alimentation et de sécurité alimentaire

    Pour pallier ce problème d’inégalités en Afrique, il nous faut: au niveau de l’inégalité des sexes, il faut sensibiliser les parents à la scolarisation des jeunes filles; proposition des textes aux différents Etats africains sur l’égalité des sexes; faire un suivi de la mise en pratique de ces textes. Au niveau de l’inégalité ethnique et culturelle: promouvoir le changement de mentalité ; faire la promotion des alliances de plaisanterie interethniques; sensibiliser les leaders africains à favoriser le brassage culturel; proposer des formations gratuites voir des prises en charge ou encore des bourses d’étude gratuite en faveur des filles en vue d’amener les  personnes encore hésitante à adhérer à  ce concept. Au niveau de l’inégalité politique: promouvoir la bonne gouvernance de nos Etats; éduquer à la démocratie. Au niveau de l’inégalité religieuse: renforcer le dialogue interreligieux. Au niveau de l’inégalité économique: impliquer la jeunesse dans les échanges commerciaux entre les Etats africains; industrialiser, commercialiser et consommer les produits africains par les africains; diversifier les activités économiques ; déduire l’importation des produits extérieurs.